Les lavoirs

Introduction

En France, plus de la moitié des collectivités territoriales sont riveraines de cours d'eau. Jusqu'à la fin du XIX siècle, le paysage français s'est construit autour de ses cours d'eau qui étaient des lieux privilégiés pour le développement d'une multitude d'activités.

Qu'elles soient vitales, d'usages ou profitable, les hommes ont bâti un véritable patrimoine des autour de ces besoins. S'appuyant sur leurs observations, leurs acquis, et le développement de l'architecture, ils ont créé d'admirables ouvrages liant l'eau, la terre, le bois et la pierre.

Le paysage est à la fois la réalité géographique d'un territoire et la relation sensible qui s'établit entre celui-ci et un observateur.

Le XVIII siècle s'intéresse tout particulièrement à la représentation des moulins et des lavoirs, autour desquels s'activent des lavandières, comme il aime à montrer des rives-jardins ornées de grands arbres, accueillantes et conviviales.

Dès la fin du XIX siècle, les quais et le bord de l'eau deviennent des lieux de promenade, de récréation et de loisirs nautiques si remarquablement transcrits par les écoles impressionnistes et fauvistes.

Aujourd'hui, l'eau et l'architecture qui s'y rattache apparaissent plus en plus comme des composantes essentielles du paysage et du patrimoine.

C'est pour cela que nos objectifs sont :
- De remettre en état le patrimoine existant au lieu de créer de nouvelles constructions pas toujours en harmonie avec la périphérie des bourgs.
- Valoriser le petit patrimoine par les circuits pédestres pour permettre aux touristes de parcourir la campagne riche en petit patrimoine non remarqué.


Bayac

Bayac = Bayaco en 1479, est issu de Bajus, nom de famille romain. Famille Lafargue.
En 1801, la commune de BAYAC rejoint le canton de Beaumont du Périgord.

Plus qu'un bourg, Bayac est un ensemble de villages indissociables parsemés sur les terres communales et traversé par le cours d'eau «La Couze».

Sur le rivage des cours d'eau, des aires de lavage rudimentaires ont longtemps été utilisées.
Puis, des lavoirs aménagés les ont remplacées; ses premiers bâtiments apparaissent au XVIII siècle.

En Périgord, la plupart des édifices datent de la fin du XIX siècle. Construit à proximité d'un cours d'eau ou prés d'une source, ou encore d'une fontaine auxquelles ils empruntent très souvent le nom. Il est souvent couvert d'un toit en tuiles, parfois fermé par des murs qui protègent du vent dont la charpente s'appuie sur quatre ou six poteaux de bois
Ces lavoirs évoquent le dur labeur des lavandières qui frottent, rincent le linge. C'est aussi un lieu de rencontre où la communication battait son plein , un lieu
de vie qui cadençait la vie des lavandières , et bien au delà, la vie du village tout entier. Les lavoirs de la commune sont bien une architecture de la vie quotidienne à sauvegarder.

Bayac, c'est aussi :
- Un centre préhistorique de grand intérêt (site mondialement connu de la Gravette classé monument historique) qui a permis de mettre à jour un type particulier d'outillage préhistorique .
- La «Grotte de l'Hermite» à la Croix de Laprade, qui servit de refuge à Saint Secondin au V siècle.
- Un ensemble de moulins papetiers sur la Couze, aujourd'hui transformés.